30° Degrés Magazine - Espoirs du Club Alpin Suisse

Espoirs du Club Alpin Suisse
Un « petit temple » de l’escalade pour préparer les Jeux olympiques

Texte: 30° Degrés Magazine: Laurent Grabet | Photo: David Schweizer | Parution: juillet 2018

Les grimpeurs de l’équipe nationale du Club Alpin Suisse (CAS) présélectionnés pour les Jeux Olympiques de Tokyo disposent désormais d’une salle ad hoc pour transformer dans la sueur leurs rêves en réalités.

Hanspeter Sigrist, chef de l’escalade sportive au Club Alpin Suisse (CAS), jubile : « nous souhaitions mettre toutes les chances de notre côté pour qualifier un, voire deux de nos athlètes aux Jeux Olympiques de Tokyo et peut-être y décrocher une médaille. C’est pourquoi nous avons mis sur pied ce véritable petit temple de l’escalade. » Depuis l’inauguration le 1er mai 2018 de ce tout nouveau « Centre de performance », les 9 présélectionnés issus de l’élite des grimpeurs helvétiques ont donc toutes les cartes en main pour espérer décrocher leur billet pour les JO 2020 – où leur discipline sera pour la première fois représentée en tant que « sport additionnel ».

C’est parti pour dix ans !
C’est à Bienne (BE), ville bilingue, à la frontière entre Suisses alémanique et romande, que cette salle NLZ de 250 m2 est localisée, dans une ancienne halle industrielle louée en partie et réaménagée pour l’occasion – avec des parois fixes et d’autres mobiles au format de la Coupe du monde. Avantage crucial : le Centre national de sport de Macolin, qui a soutenu le projet avec l’Office fédéral du sport, n’est qu’à quelques kilomètres. Le budget, quant à lui, est tenu secret. « Nous nous sommes engagés à louer cette salle pour dix ans avec obligation de rester à Bienne ensuite », se borne à préciser Hanspeter Sigrist.
L’itinéraire de la championne du monde de bloc 2016, Petra Klingler, figure de proue de l’équipe nationale, a largement contribué à inspirer le projet. En quelques années, l’athlète de 26 ans est en effet parvenue à booster son niveau en se préparant sur des structures polyvalentes, imaginées pour elle par l’ouvreur international Manuel Hassler. Ce dernier, accessoirement patron de la très renommée société biennoise de fabrication de prises Flathold, a joué un rôle important dans la conception des parcours composant la zone flexible du nouveau Centre de performance, en compagnie de son homologue haut-savoyard Laurent Laporte, directeur de la société de prises Cheetah, basée à Annecy.(...)

Pour lire la suite, abonnez-vous ! cliquez ici !

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis
Fermer